Edito de Juin 2020 : Un vent de liberté !

« L’adversaire d’une vraie liberté est un désir excessif de sécurité. » Jean de la Fontaine.

Les contraintes dans nos déplacements et notre vie sociale sont l’entrave la plus visible à notre liberté. On se sent limité alors qu’on aurait tant à faire et à voir ! Mais les raisons sanitaires, qu’on les trouve trop drastiques ou légitimes, nous font participer à un effort collectif et l’on accepte bonnant malant de « jouer le jeu ». Etant progressif, le déconfinement nous force à nous interroger sur notre liberté. Certaines reprises d’activités nous réjouissent alors que d’autres suscitent encore de nombreux débats comme la reprise de l’école. Entre santé et économie, prudence et excès de précaution, il est difficile de savoir que penser, alors on obéit, dans le doute. Cette obéissance n’est pas sans questions et, largement relayée par les médias, une profonde crise de confiance a touché les consciences. Les uns se sentent manipulés, les autres surprotégés… Le retour de la Messe paroissiale a été accueilli avec joie et soulagement mais il aura fallu bien des efforts de la part de ces personnes courageuses à qui ne le devons. On sent combien il est temps de refonder les bases de notre société à tous les échelons : il en va de nos libertés fondamentales et donc de notre dignité. Il nous faut donc être vigilants et agir à notre mesure. Or on ne peut agir sans une vision éclairée de notre but. C’est pourquoi il est indispensable de chercher la Vérité et de se former régulièrement sur les différentes réalités qui tissent la vie humaine.
La recherche de la Vérité est primordiale pour les familles car elle donne le sens de l’existence. Et si « la Vérité [nous rendra] libres », il est nécessaire de la connaitre et de la faire reconnaitre.
C’est pourquoi les AFC recommandent des formations concernant la Personne humaine, l’éducation, la société, afin d’avoir envie d’agir et d’agir avec le plus de justesse possible.
Pascale Morinière, Présidente de l’Union Nationale des AFC l’a ainsi rappelé : « Grâce aux AFC, nous avons à portée de mains un moyen d’action sur notre monde. Nous n’en changerons pas la face, ne ferons pas la Une des médias (sait-on jamais ?!) mais changerons peut-être durablement la vie des familles qui nous entourent. Il y a du Bien à faire à travers les AFC ! Notre « cadre d’engagement et d’entraide ouvert à tous ceux qui veulent agir dans la société au service de la famille et à la lumière de l’enseignement de l’Église catholique » est souple et nous laisse toute latitude pour faire au mieux des besoins que nous identifions autour de nous. C’est à partir des initiatives locales que vit notre mouvement parce que nous sommes persuadés (et l’Esprit Saint aussi !) que la subsidiarité est la meilleure façon de prendre soin de la société et des familles. ».
Soyons donc zélés et « Prions l’Esprit Saint pour qu’il fasse de nous des hommes de paix et de fraternité et rende confiance et espérance au monde. » (Pape François aux francophones lors de l’audience du 27 mai 2020). 

Marie-Alice Dallant Administrateur AFC-Pays de Vannes